Paris et une grande partie de l’Ile-de-France sont construites sur des vides. Il s’agit notamment d’anciennes carrières de gypses, conséquences de l’extraction du calcaire en sous-sol depuis le Moyen Age. Le point sur ce risque invisible qui peut fissurer, voire endommager plus gravement les habitations parisiennes.

Paris et petite couronne : le danger des carrières de calcaire et de gypse

En Île-de-France (75) et dans les départements limitrophes, comme les Hauts-de-Seine (92), la Seine-Saint-Denis (93) et le Val-de-Marne (94), le sous-sol est riche en matériaux de construction. On exploitait du calcaire pour construire du moyen age jusqu’au début du XXème siècle. Le calcaire se situe de quelques mètres à plus d’une trentaine de mètres de profondeur selon les endroits. Au-dessus, on trouve parfois du gypse, qui sert à faire du plâtre. L’exploitation a aujourd’hui laissé place à de multiples cavités rendant le sol instable (affaissement du sol, mouvement de terrain…). Cette situation fait peser un risque sur les constructions se situant au dessus des cavités.

Paris et petite couronne : des pavillons fissurés

Les anciennes carrières abandonnées sont considérées juridiquement comme des risques naturels. Sous l’effet des facteurs climatiques et de la pression des terrains de recouvrement, les anciennes carrières de calcaire ou de gypse se dégradent. Le toit de la carrière peut s’affaisser ou s’effondrer. Les matériaux se dégradent progressivement. Ce sont des phénomènes lents et imprévisibles qui peuvent être aggravés par les fuites de réseau d’eau. En surface, les immeubles et maison peuvent se fissurer. Phénomène plus impressionnant, on peut observer des dommages liés aux fontis ou à des effondrements généralisés, dans les jardins et les constructions.

Carrières, marnières, ardoisières : les autres risques régionaux

Un pavillon qui menace de s’écrouler ? Des fissures structurelles marquent des façades d’immeubles ? La proximité d’anciennes carrières de calcaires ou de gypses fait courir un risque pour les immeubles parisien. Mais Paris n’est pas la seule région à être exposé à ce type de risque. Les marnières menacent, par exemple, les maisons de l’Eure et de la Seine Maritime et les ardoisières, celles du Maine et Loire. Cependant, indépendamment du contexte, il est nécessaire de demander l’avis d’un expert fissures indépendant, pour comprendre les désordres, les prévenir ou envisager des solutions techniques curatives.

Vos questions sur l’affaissement d’anciennes carrières en Ile de France

  • Comment obtenir des renseignements sur les carrières de Paris ?
  • Où trouver le plan du sous-sol de Paris ?
  • Comment se procurer la carte des carrières en Ile de France ?
  • Existe t-il une cartographie collaborative des carrières souterraines de Paris ?
  • Comment évaluer le risque d’affaissement d’une ancienne carrière en Ile de France ?