Sur une façade d’un bâtiment, des fissures sont susceptibles d’apparaître. Elles peuvent être de nature superficielles (sans danger pour la maison) ou structurelles (potentiel danger pour le bâti). La qualification d’une fissure commence par sa localisation. Ensuite, il existe plusieurs critères qui permettent de connaître l’origine et les travaux de réparation. La longueur, forme ou encore l’ouverture sont des exemples de critère qui permettent de qualifier une fissure en façade.

 

L’évolution de la fissure en façade sur une maison

Lorsqu’on observe les mouvements d’une fissure, il est possible de remarquer que l’été l’ouverture est plus grande que l’hiver. Ces changements confirment que la fissure est active. En général, une faible amplitude est due aux différences de température entre le jour et la nuit. Les plus grandes amplitudes sont signe que la cause de la fissuration n’a pas été éradiquée et que le bâti peut encore bouger (maçonnerie, béton armé).

 

Faïençage : des petites fissures superficielles

Le faïençage est un regroupement de petites fissures superficielles (moins de 0.2mm de large), et qui, en général, touche uniquement les couches visibles de l’enduit mural. L’origine du faïençage ne vient pas d’un mouvement de terrain différentiel au vu de sa faible largeur. Il n’y a donc aucune conséquence sur la maçonnerie.

 

Microfissures : inoffensives ou dangereuses ?

On reconnaît les microfissures à leur ouverture inférieure à 2/10ème de millimètres. Ce sont des fissures très fines et étroites plus ou moins régulières. Il est difficile de les observer à l’oeil nu. Dans le cas où la microfissure est dûe à un mouvement de terrain différentiel, elle touche toute l’épaisseur du bâti, du mur ou encore de la poutre en béton armé. La seconde hypothèse sur l’origine de la microfissure provient d’une cause thermique ou de matériaux hydrauliques. Parfois, la microfissure peut être plus dangereuse qu’une grosse fissure, par exemple lorsqu’elle est structurelle et qu’elle s’est refermée à cause du poids de la maison.

 

Les lézardes : signe de danger ?

La taille d’une fissure est parfois impressionnante. L’ouverture d’une fissure est de 0.0 à 2 mm. Lorsque l’ouverture de la fissure est plus grande, on parle alors de “crevasse” ou encore de “lézarde”. Il est possible de penser que plus une fissure a une grande ouverture, plus elle est dangereuse pour le bâti et la sécurité des habitants. Il existe en effet un lien entre les différentes caractéristiques d’une fissure et le danger. Mais la longueur et l’ouverture d’une fissure n’est qu’un simple indicateur de danger parmi les autres. L’élément de structure fissuré et l’évolution des fissures sont également des caractéristiques à prendre en compte pour évaluer la dangerosité d’une fissure.

 

Quels sont les signes de déplacements de la structure ?

Lorsque le sol bouge, une maison est plus susceptible de se fissurer, notamment en cas de terrain argileux, de remblais ou encore de terrain inondables. Il existe des signes pour savoir si la maison bouge, par exemple :

  • Fissuration du carrelage ainsi que de la chape de pose
  • Affaissement du dallage
  • Fenêtres qui ferment mal à cause de la menuiserie voilée

5 questions fréquentes que vous vous posez sur le sujet :

  • Que représente une fissure verticale sur une façade d’une maison ancienne ?
  • Qu’est ce qu’une micro fissure sur une façade de maison ?
  • Que signifie une fissure horizontale sur une façade ?
  • Comment réparer une fissure sur le crépi d’une façade ?
  • Que faire en cas de fissure en escalier sur une façade de maison neuve ?

 

Demander un renseignement